× Bienvenue dans le piano historique

Jean François TOBIAS

Plus d'informations
il y a 10 mois 2 semaines - il y a 10 mois 2 semaines #5 par jf13
Jean François TOBIAS a été créé par jf13
Né en 1959 en Alsace, je suis parti très tôt en Afrique, au Sénégal en premier. Mon père était pédologue à l’ORSTOM. Mes parents voulaient que j'apprenne le piano ainsi que mes sœurs (j'avais alors une dizaine d'années) et ils ont acheté à l'Ambassadeur des USA au Sénégal qui était muté ailleurs un vieux piano droit noir (certainement américain). Je ne voulais pas apprendre le piano. Je voulais juste faire du judo. C'était alors piano et judo sinon rien.
Je me suis mis alors au piano. Le vieux monsieur qui nous enseignait le piano nous tapait sur les doigts avec son stylo à bille, c’est à peu près tout ce dont je me souviens de lui. J'ai progressé au Judo. Pas au piano.
Ça a duré quelques années où nous n'avons pas dépassé le stade des Classiques Favoris vol 1
Après nous avons déménagé au Tchad à Fort Lamy (devenue depuis N'Djamena) et j’ai entendu un ami de mon père jouer une sonate de Mozart sur un vieux piano droit noir. C’était pas mal. Je me suis dit « je vais jouer ça ». J’ai entendu après, dans la brousse, des œuvres pour piano de DEBUSSY et je me suis encore dit : c’est vraiment pas mal ça !
Sans prévenir, l’envie de bien jouer est apparue et le désir de m’y mettre sérieusement. Cela tombait bien je devais poursuivre mes études en France au Lycée Albert Schweitzer de Mulhouse. J’étais en seconde (on a 14 ans je crois à cette époque). J’ai décidé de m’inscrire au Conservatoire de Mulhouse et de tout recommencer à zéro. Au conservatoire on m’a demandé mon âge et on m’a appris qu’il fallait que je joue quelques morceaux pour le concours d’entrée (il devait y avoir une étude de Chopin, une sonate de Beethoven et un prélude et fugue de JSB). Je leur ai dit que je ne savais pas jouer et c’était la raison pour laquelle je comptais m’inscrire. On m’a répondu que c’était possible si je pouvais jouer les morceaux indiqués. Je leur ai dit que je voulais commencer à zéro. On m’a dit que c’était trop tard, il fallait commencer à 6 ans pas à 14. Pour finir on m’a dit que si je tenais quand même à jouer ces morceaux, ils pouvaient m’indiquer des professeurs « en ville » qui s’emploieraient à m’y préparer. J’ai pris la liste et mon dévolu est tombé sur Mme DELMOTTE qui avait un quart de queue ERARD. Le choc de ma vie. A la fois la prestance, la gentillesse et la bienveillance et un jeu extraordinaire au piano. Ses parents lui avaient offert le piano pour son premier prix. Depuis elle a joué en concert avec Roberto Benzi et beaucoup joué dans des salles de cinéma muet. Trois an plus tard, je jouais Rêve d’Amour de Liszt et la Révolutionnaire de Chopin et avait complètement oublié de m’inscrire de nouveau au Conservatoire de Mulhouse.
J’ai ensuite arrêté de jouer car la prépa et les concours me laissaient peu de temps libre pour jouer. Mme DELMOTTE m’a vendu son Erard pour la somme très modique de 1500 FF en 1978, j’étais extrêmement heureux de l’avoir (C’est la Maison D’ORELLI qui l’a restauré pour 6500 FF, toutes mes économies). J’ai toujours ce piano, par contre lui n’a pas beaucoup changé en 40 ans !

Ce n’est que beaucoup plus tard en 2012 que je fais la connaissance de Xavier WOHLEBER avec lequel nous fondons l’association FAN D’ERARD mais ça c’est une autre histoire.
Pièces jointes :
Dernière édition: il y a 10 mois 2 semaines par fgossart.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Plus d'informations
il y a 10 mois 2 semaines #6 par fgossart
Réponse de fgossart sur le sujet Jean François TOBIAS
Super, on en sait un peu plus sur toi et ton attachement pour les pianos Erard.

Connexion ou Créer un compte pour participer à la conversation.

Temps de génération de la page : 0.581 secondes